Culture

Antónia Ferreira, la plus grande femme d’affaires portugaise

D. Antónia Ferreira, plus connue sous le nom de Ferreirinha, était une femme d’affaires portugaise du XIXe siècle. Elle est devenue célèbre pour son dévouement à la culture du vin de Porto et pour les innovations notables qu’elle a introduites.

Sa famille était très riche, avec beaucoup d’argent et des vignobles. Son père, José Bernardo Ferreira, l’a mariée à un cousin, mais celui-ci n’était pas intéressé par la culture de la famille et a dilapidé la majeure partie de sa fortune.

Antónia Ferreira, la plus grande femme d’affaires portugaise du XIXe siècle

D. Antonia a eu deux enfants, une fille, Maria de Assunção, qui deviendra plus tard comtesse d’Azambuja et un garçon, António Bernardo Ferreira, qui deviendra député du Parti progressiste et président de l’Association industrielle de Porto. Veuve dès l’âge de 33 ans, le veuvage a réveillé en elle une véritable vocation d’entrepreneuse.

On sait que Ferreirinha, comme on l’appelait affectueusement, se préoccupait des familles des travailleurs de ses terres et de ses vignobles. Soutenue par l’administrateur José da Silva Torres, qui deviendra plus tard son second mari, Antónia Adelaide Ferreira a lutté contre le manque de soutien des gouvernements successifs, plus intéressés par la construction de routes et l’achat de vins espagnols. Elle a lutté contre la maladie de la vigne, le phylloxéra et s’est rendue en Angleterre pour obtenir des informations sur les moyens les plus modernes et les plus efficaces pour lutter contre ce parasite, ainsi que sur les procédés plus sophistiqués de production du vin.

Antónia Ferreira
Les bureaux de Régua de “Casa Ferreira” (1928), sur la Rua dos Camilos Source : Archives historiques de Casa Ferreira

La Quinta do Vesuvio, l’une de ses nombreuses propriétés, était étroitement surveillée et entretenue par ses soins. En 1849, la production de vin était déjà de 700 barils. Grâce à de bons accords commerciaux, une grande partie de ce vin était exportée vers le Royaume-Uni, qui est encore aujourd’hui le premier importateur de Porto.

En 1877, D. Antónia Adelaide Ferreira, déjà propriétaire de la plus grande propriété agricole du Douro, achète aux enchères publiques 300 hectares de terres vierges au conseil municipal de VN de Foz Côa. Son rêve était de construire une ferme modèle à partir de rien, en mettant en pratique toute l’expérience qu’elle avait accumulée au cours de sa vie de femme d’affaires. Puis, elle investit dans de nouveaux vignobles dans des zones mieux exposées au rayonnement solaire, sans abandonner les plantations d’olives, d’amandes et de céréales déjà en sa possession.

Antónia Ferreira
Antónia Ferreira

Ce projet ambitieux a été entièrement réalisé entre 1887 et 1895. C’est la dernière et la plus importante réalisation de cette grande femme d’affaires, qui n’en ont cependant que très peu profité, puisqu’elle est morte en 1896.

Depuis lors, la ferme est toujours restée en possession de ses descendants.

Afficher plus

Porto it's beautiful

Originaire de la ville de Lyon en France. J’ai pour la première fois visité la ville de Porto au Portugal en 2006. Je suis immédiatement tombé amoureux de cette ville, ses ruelles en montée, ses immeubles étroits et colorés m’ont immédiatement fait penser au vieux Lyon et plus exactement au quartier Saint Jean.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page