Porto it's Beautiful

L'actualité de Porto et du Portugal c'est ici

Coudelaria de Alter do Chão

INTÉRÊT DU LIEU

Coudelaria de Alter do Chão, le règne du cheval lusitanien

Fondée en 1748 par le roi Dom João V, situé à Alter do Chão, ce lieu est actuellement le plus vieux haras du monde installé sur son lieu d’origine. Il est aussi le plus grand centre équestre du Portugal. Aujourd’hui ce lieu est dédié à l’élevage et la diffusion du Lusitanien Alter-Real.

La Coudelaria de Alter do Chão, un lieu à découvrir

Ce sont 800 hectares d’une propriété au paysage incroyable, consacrés à la noblesse du Lusitano. Ce fut dans cet ancien Haras royal, fondé en 1748 et dont l’objectif était de préparer les chevaux au Manège royal, qui selon la volonté du roi D. João V commença sa production.

“Que cette race soit toujours conservée pure”, ordonnait-on au royaume en 1812.

En vous promenant dans les installations, vous pourrez y découvrir un musée dédié à l’histoire du haras. Dans les écuries, admirez les cheveux lusitaniens, le fer Alter Royal, et apprenez comment ils deviennent des étalons d’excellence.

N’oubliez de visiter également la Maison des attelages, ce lieu regroupe différent attelages de différentes époques, un lieu intéressant pour votre culture personnelle.

Alter Real c’est quoi

L′Alter Real est une lignée du cheval lusitanien considérée comme particulièrement pure, généralement décrite comme une race de chevaux de selle d’origine portugaise à part entière. La sélection de cette lignée commence au xviiie siècle. Très proche du Lusitanien (beaucoup de personnes les confondent et moi le premier), mais aussi de la pure race espagnole et du Minorquin, il est idéal pour faire du dressage.

Son histoire

L’Alter Real a reçu son nom de la ville de Alter do Chão, un haras royal y fut fondé en 1752 à la demande du roi Jean V qui voulait augmenter la production de chevaux, tout aussi bien pour le manège que pour le combat. Le mot real signifie « royal » en portugais. Parfois décrit comme une « race » ou une « sous-race », l’Alter Real constitue une lignée du cheval lusitanien.

Sa sélection démarre en 1747 et 1748 dans les écuries royales de Lisbonne, sous la houlette de la famille royale Braganza, dans l’objectif de fournir Lisbonne en chevaux d’attelage et de haute école. Les 300 premières juments d’origine andalouse formant la souche de l’Alter Real sont importées dans l’Alentejo, au sud du Portugal, dans le but de créer une race de chevaux destinée à l’aristocratie. En 1756, elles sont déplacées au Haras d’Alter où la sélection continue dans l’objectif d’obtenir des sujets dotés d’allures de qualité.

Prévoyez de venir en avril

Tous les ans à la même date c’est-à-dire le 24 avril, des dizaines d’éleveurs de purs sangs lusitaniens participent à la vente aux enchères organisée par la Fondation Alter Real à la Coudelaria de Alter do Chão.

Le lendemain à lieu le fameux concours portant le nom du Mâtin de l’Alentejo, sont but étant de promouvoir la race de cet animal si fidèle qui à depuis toujours été le gardien de troupeaux et des « montes » (se sont des grandes propriétés isolées de l’Alentejo).


Le haras de Alter do Chão ou Coudelaria est un lieu charger d’histoire qui est devenu la propriété du gouvernement portugais. En plus de faire de l’élevage, ils réalisent aussi de la reproduction environ 60 cheveux par an.

Des chambres d’hôte (environs 40) devraient ouvrir cet été, du moins c’est ce qu’il m’a été expliqué lors de ma visite. Si vous êtes tenté par visiter le haras, prévoyez de vous y rendre en avril afin de pouvoir assister aux enchères, se sera l’occasion de voir des chevaux tous plus magnifiques les uns que les autres.

Porto it's beautiful

Originaire de la ville de Lyon en France. J’ai pour la première fois visité la ville de Porto au Portugal en 2006. Je suis immédiatement tombé amoureux de cette ville, ses ruelles en montée, ses immeubles étroits et colorés m’ont immédiatement fait penser au vieux Lyon et plus exactement au quartier Saint Jean.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top