Culture

Fêtons le centenaire d’Eugénio de Andrade

S’il était encore vivant, Eugénio de Andrade aurait 99 ans le 19 janvier prochain. À cette occasion, une Commission a été constituée qui sera chargée de promouvoir plusieurs initiatives qui célèbrent dignement le centenaire de la naissance du poète portugais.

Fêtons le centenaire d’Eugénio de Andrade

Un colloque international sur Eugénio de Andrade et une grande exposition bio-bibliographique sont les deux principaux événements programmés pour célébrer le centenaire du poète, qui aura lieu le 19 janvier prochain.

Ces deux événements auront lieu à Porto et à Fundão, à des dates et dans des lieux qui restent à préciser.

Toutefois, la commission prévoit que d’autres initiatives auront lieu tout au long de l’année 2023 dans plusieurs villes du pays, comme des petits colloques, des expositions, ou bien encore des publications et des récitals.

Qui est Eugénio de Andrade

Eugénio de Andrade, de son vrai nom José Fontinhas, est né le 19 janvier 1923 à Póvoa da Atalaia (petit village de Beira Baixa – Fundão) et est mort à Porto en 2005, à l’âge de 82 ans. Très tôt, à l’âge de sept ans, il quitte sa patrie, accompagné de sa mère, Maria dos Anjos, pour vivre à Castelo Branco. Puis, à l’âge de 10 ans, il est allé vivre à Lisbonne, en raison de la séparation de ses parents. Dans la capitale, il a passé son adolescence, a fréquenté le lycée Passos Manuel et l’école technique Machado de Castro. C’était le moment où il découvrit sa vocation poétique, qui éveille sa curiosité à rencontrer et à vivre avec des écrivains et des poètes.

Mère de Eugénio de Andrade
Mère de Eugénio de Andrade

En 1938, à l’âge de 15 ans, il a envoyé quelques-uns de ces poèmes à Antonio Botto, qui, est immédiatement tombé sous le charme de ce qu’il a lu et il a fait savoir qu’il souhaitait le rencontrer pour le félicité et l’encourageant sa veine littéraire.

Entre 1943, il s’installe à Coimbra, l’année où il a terminé son service militaire. En 1947, il a rejoint la fonction publique, occupant le poste d’inspecteur administratif du ministère de la Santé pendant 35 ans. En 1950, il a été transféré à Porto, où il s’est installé pendant plus de quatre décennies, jusqu’à ce qu’il déménage dans le bâtiment de la Fondation Eugénio de Andrade, à la Foz do Douro.

Tout au long de sa vie, il a effectué plusieurs voyages et a été invité à participer à plusieurs événements, se liant d’amitié avec des personnalités culturelles portugaises et étrangères, comme Joel Serrão, Carlos Oliveira, Eduardo Lourenço, Joaquim Namorado, Sophia de Mello Breyner Andresen, Agustina Bessa-Luís, Teixeira de Pascoaes, Vitorino Nemésio, Jorge de Sena, Mário Cesariny, Ángel Crespo, Marguerite Yourcenar, Herberto Helder et Óscar Lopes, entre autres.

Malgré son prestige national et international, Eugénio de Andrade a toujours vécu à l’écart de la vie sociale, littéraire ou mondaine, ayant lui-même justifié ses rares apparitions publiques par “cette faiblesse du cœur qu’est l’amitié”.

Fêtons le centenaire d'Eugénio de Andrade 1

Sa vaste production littéraire lui a valu plusieurs prix et distinctions, dont le prix de l’Association internationale des critiques littéraires (1986), le prix D. Dinis de la Fondation Casa de Mateus (1988) et le grand prix de poésie de l’Association des écrivains portugais (1989).

Parmi les nombreux prix qui lui ont été distingués, le prix Camões se distingue, il est le prix le plus élevé au Portugal. Il lui a été décerné en 2001. En outre, il a reçu le diplôme de Grand Officier de l’Ordre de Santiago da Espada et de la Grand-Croix de l’Ordre du Mérite, le Prix de l’Association internationale des critiques littéraires, le Prix européen de poésie de la Communauté de Varchatz (de l’ex-Yougoslavie).

En 2017, Assírio e Alvim a publié un ouvrage qui rassemble toute la poésie d’Eugénio de Andrade, de la dernière édition révisée de son vivant par l’auteur et avec une préface de José Tolentino Mendonça.

[amazon table=”7776″]

Outre sa vaste œuvre poétique, Eugénio de Andrade a publié plusieurs livres en prose, notamment “Os afluentes do silêncio”, “História de égua branca”, avec des illustrations de Manuela Bacelar, “Rosto precário” et “À sombra da memória”.

Il a également traduit Federico García Lorca, Iannis Ritsos, “Cartas Portuguesas (attribuées à Mariana Alcoforado)” et “Poemas e fragmentos de Safo”.

Eugénio de Andrade à été enterré dans le cimetière de Prado do Repouso, à Porto, sa tombe ayant été conçue par l’architecte et son ami Siza Vieira, avec l’inscription des vers de son livre “As Mãos e os Frutos”.

Afficher plus

Porto it's beautiful

Originaire de la ville de Lyon en France. J’ai pour la première fois visité la ville de Porto au Portugal en 2006. Je suis immédiatement tombé amoureux de cette ville, ses ruelles en montée, ses immeubles étroits et colorés m’ont immédiatement fait penser au vieux Lyon et plus exactement au quartier Saint Jean.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page