Info

La mairie de Lisbonne communique des données personnelles à la Russie

Booking.com

Cette annonce fait l’effet d’une bombe et remet certainement en cause la manière dont sont protégés les réfugiés politiques au Portugal. En effet, nous venons d’apprendre que la mairie de Lisbonne avait communiqué les données personnelles d’activistes russes à la Russie.

La mairie de Lisbonne communique des données personnelles à la Russie

Les journaux Expresso et Observateur ont rapporté mercredi que la mairie de Lisbonne avait envoyé aux autorités russes les noms, adresses et contacts de trois militants russes qui avaient organisé une manifestation en janvier, devant l’ambassade de Russie à Lisbonne, pour la libération d’Alexey Navalny, un opposant au gouvernement russe.

Lors d’une conférence de presse jeudi soir, Fernando Medina a admis que les trois militants avaient été fiché et que leur donnée personnelle avait été communiquée à l’ambassade russe. La mairie de Lisbonne s’est ensuite excusée publiquement et a supposé qu’il s’agissait “d’une erreur regrettable qui n’aurait pas pu se produire”.

Les trois militants russes, dont les données ont été partagées, ont annoncé qu’ils allaient intenter une action en justice contre le conseil municipal.

Lors de la conférence de presse, le maire a expliqué que le partage des données résultait d’une opération bureaucratique de la municipalité sur la tenue de la manifestation. Il indique que tous les promoteurs de toute manifestation doivent communiquer à la chambre dans un délai de 48 heures avant la date de ladite manifestation en indiquant le lieu, l’heure et les données de ceux qui l’organisent.

Ces données sont ensuite partagées avec la PSP, le ministère de l’Administration intérieure et « les entités où la manifestation aura lieu ». Toujours selon lui, l’erreur viendrait de la. La Chambre, dans le cadre de cette manifestation ces informations n’auraient pas pu être transmises.

Malheureusement, il semblerait que cette explication selon laquelle l’ambassade de Russie a conformément à la loi été informée. Parce que c’était le lieu de la manifestation contredit une explication donnée en 2019 par le conseil municipal de Lisbonne selon laquelle une ambassade est informée quand un pays est ciblé par une manifestation et ceux-ci, quel que soit l’endroit où elle a lieu.

L’affaire a donné lieu à une vague de critiques et de demandes d’éclaircissements de la part d’Amnesty International et des partis politiques, à savoir le PSD, le CDS-PP, le Bloc de gauche, le PCP, …

En marge des célébrations de la Journée Camões, le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré aux journalistes que le partage de données était regrettable.

Carlos Moedas, candidat du PSD au conseil municipal de Lisbonne, a démissionné et Fernando Medina et le parti Alliance ont déclaré qu’ils iront témoigner devant le bureau du procureur général. Concernant la Commission nationale de protection des données à également autoriser une enquête sur le partage des données personnelles des trois militants russes.

Le PSD porte l’affaire devant la Cour européenne

Selon le dirigeant socialiste, il s’agit d’une situation “regrettable”, qui résulte d’une loi de 1974 “totalement dépassée”, qui peut entraîner des erreurs ou des difficultés d’interprétation de celle-ci, comme cela s’est produit récemment en ce qui concerne les célébrations de la victoire du Sporting au championnat national. Il à également rajouté que le gouvernement travaillait déjà à la révision de la loi sur le droit de manifester et que celui-ci présentera un projet de loi d’ici septembre.

José Luís Carneiro a cependant regretté l’utilisation politique de la situation, accusant surtout le PSD d’opportunisme et de cynisme politique en portant l’affaire devant les institutions européennes en période préélectorale pour les élections locales.

Jeudi, Rui Rio a qualifié la situation de très grave et a déclaré que le PSD soumettrait une demande d’écoute de Fernando Medina et Augusto Santos Silva au Parlement sur cette affaire.

Les députés du PSD au Parlement européen ont adressé une question écrite au président du Conseil européen et au haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité sur l’affaire, se demandant si “elle remet en question la sécurité de ces citoyens et de leurs familles, en tenant compte notamment du fait qu’il s’agit d’un régime qui persécute et anéantit ses opposants, y compris lorsqu’ils se trouvent sur le territoire européen”

Porto it's beautiful

Originaire de la ville de Lyon en France. J’ai pour la première fois visité la ville de Porto au Portugal en 2006. Je suis immédiatement tombé amoureux de cette ville, ses ruelles en montée, ses immeubles étroits et colorés m’ont immédiatement fait penser au vieux Lyon et plus exactement au quartier Saint Jean.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
EnglishFrenchPortuguese