InfoPortugal

La pauvreté au Portugal dans les années 80

Booking.com

Le Portugal que vous connaissez aujourd’hui n’a malheureusement pas toujours ressemblé à ça. Le pays a vécu dans les années 80 une forte pauvreté et surtout dans les terres ou bien encore dans la région de Trás-os-Montes.

Le Journal publico, a réalisé un très bel article sur la pauvreté au Portugal dans les années 80, dont je vous propose un résumé ci-dessous.

La pauvreté au Portugal dans les années 80

Les photos réalisées par le photographe autodidacte Eduardo Perez Sanchez dans la région de Trás-os-Montes remontent entre 1982 et 1989. Elles ont traversé les années stockées et cachées au public sûrement à tort. Dans un interview, Eduardo Perez Sanchez, à déclaré que suite à ces clichés pris, il n’avait plus jamais refait de clichée de Trás-os-Montes, cependant il déclare qu’il avait conservé précieusement les négatifs dans l’espoir d’avoir un jour le temps de les diffuser aux publics.

Peu de temps avant l’arrivée de la pandémie, il a commencé à numériser toutes les photos et c’est même dit qu’il serait peut-être intéressant de faire un livre sur ce thème. C’est ainsi qu’est né Trás-os-Montes, une vision en noir et blanc des gens et de leur vie dans les années 1980, qui résume ses incursions dans les villages d’Agordela, Calvo, Sá, Santa Valha, Vilarandelo.

Eduardo Perez Sanchez, qui publie son premier livre à l’âge de 71 ans, rappelle les saisons qu’il a passées dans la région de Valpaços avec nostalgie. “À l’époque, je passais des heures à parler aux gens des villages. Après quelques minutes, les obstacles ont été surmontés et la conversation s’est déroulée naturellement.” Rappelez-vous qu’il y avait peu d’hommes dans les villages. “C’étaient des émigrants. Les villages étaient principalement composés de femmes, d’enfants et de personnes âgées. L’absence des morts de la guerre coloniale a également été très ressentie, ce qui était très dramatique. Les veuves, vêtues en noir l’étaient aussi bien en été comme en hiver.”

Ces photos montrent également la pauvreté dans laquelle les habitants de la région de Trás-os-Montes pouvaient vivre dans les années 80. Les gens à cette époque vivaient avant tout de la culture et de l’élevage de porc, comme le dit si bien le photographe à travers les photos nous pouvons voir les marques du temps. L’une des images représente une femme veuve penchée par-dessus une fenêtre par laquelle un liquide noir semble s’écouler. Selon lui cette tache symbolise ses larmes.

Outre les “gens”, Eduardo a également enregistré leurs activités : l’élevage des troupeaux, la culture des céréales, les récoltes, les petits potagers de subsistance, l’abattage des porcs. “Il était choquant d’assister à l’abattage, mais c’était (et c’est toujours) une coutume essentielle dans cette région, car elle génère une énorme quantité de nourriture, qui peut être consommée tout au long de l’année.”

La pandémie a empêché le photographe de retourner à Trás-os-Montes, mais il compte bien y retourner très rapidement. Bien qu’il soit né à Barcelone, il se considère comme un joyau de Porto, il a déménagé à Porto à l’âge de six ou sept ans. Selon lui sa plus grande crainte à son retour à Trás-os-Montes est de trouver ces villages mal restaurés voir à l’abandon. Il aimerait pouvoir créer encore une fois, un lien avec les gens. Mais 40 ans se sont écoulés et il ne sait pas comment ces gens voient la vie aujourd’hui ou même encore comment ils voient les autres ou tout simplement la caméra.

Eduardo Perez Sanchez présentera son livre photo, le 18 septembre, à la Cooperativa Árvore, à Porto. Pour visionner le reste des photos, je vous invite à vous rendre sur le site de Publico.

Porto it's beautiful

Originaire de la ville de Lyon en France. J’ai pour la première fois visité la ville de Porto au Portugal en 2006. Je suis immédiatement tombé amoureux de cette ville, ses ruelles en montée, ses immeubles étroits et colorés m’ont immédiatement fait penser au vieux Lyon et plus exactement au quartier Saint Jean.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
EnglishFrenchPortuguese