L’histoire de la ville de Porto

Porto

L’histoire de la ville de Porto

Porto a également pour surnoms Cidade Invicta (« la ville invaincue ») et Capital do Norte (capitale du Nord). Elle a aussi donné son nom au Portugal. Auparavant Porto s’appelait Portus, elle était la capitale du “Condado Portucalense”, ou “Portucale”.

Selon la légende, Cale, l’un des argonautes grecs arrive sur le site de l’embouchure du Douro et fonde la ville. Mais le choix du site n’est pas approprié à la navigation. Les Romains changent également l’emplacement de la ville sur la rive droite, pour construire un port, nommé Portus Cale. Saint Fabrice, un des premiers évêques de la ville est resté connu pour son martyre dans la ville de Tolède aux côtés de saint Philibert au iiie siècle. En 858, Porto est pillée par le chef viking Hasting1.

L'histoire de la ville de Porto 1

L’époque féodale

Avec l’essor de la ville se développe une seigneurie féodale, qui, au fil du temps, se fait appeler Portugal. Le comté de Portugal va du Minho au Douro. En 1096, Alphonse VI de Castille l’octroie à sa fille naturelle Thérèse, mariée avec Henri de Bourgogne. Leur fils, Alphonse Henri, est le premier souverain portugais.

En 1415, sous l’égide d’Henri le Navigateur (un des illustres fils de la ville). Une importante expédition est mise sur pied pour la prise de Ceuta. La ville de Porto, chargée de l’approvisionnement de la flotte royale, est alors lourdement mise à contribution et doit se démunir de la plupart de ses vivres. Après le départ des soldats, les habitants doivent se contenter des aliments restants, soit les tripes et les abats, difficiles à conserver lors de campagnes militaires. C’est ainsi que par la suite le qualificatif de tripeiros (mangeurs de tripes) est utilisé pour désigner les habitants de Porto.

L’arrivé des Espagnoles

Le 24 octobre 1580, l’armée espagnole commandée par Sancho d’Avila a pris la ville chassant les derniers partisans d’Antoine de Crato prétendant au trône du Portugal lors de la crise de succession portugaise qui s’est terminée par la venue sur le trône de Philippe II d’Espagne.