Le paysage idyllique et le cadre architectural inhabituel ont conféré au pont de Misarela un caractère spirituel, entouré de mystère.

Le Ponte do Diabo, comme on l’appelle, est situé après Pitões das Júnias, en descendant vers le Cávado, au-dessus de la rivière Rabagão et est classé comme site d’intérêt public depuis 1958.

L’histoire du Pont du Diable

Il est situé à environ un kilomètre de son embouchure dans la rivière Cávado et relie les paroisses de Ruivães à Vieira do Minho et à Ferral, dans la municipalité de Montalegre. Posé sur des rochers et soutenu par un seul arc, d’une portée d’environ 13 mètres, il a été construit au Moyen Âge et reconstruit au début du XIXe siècle.

L’origine de la légende

Outre son cadre idyllique au fond d’une gorge abrupte, le pont du Diable possède une histoire qui perdure encore aujourd’hui. Selon l’histoire, un criminel en fuite qui était poursuivi par les autorités atteignit la rive du fleuve Rabagão. Désespéré, il invoqua le diable en lui demandant de l’aide pour traverser le fleuve et passer en toute sécurité de l’autre côté de la rive.

En échange, le criminel a offert sa propre âme au diable. Acceptant l’offrande, le diable fit apparaître un pont et ordonna au criminel de le traverser sans se retourner. Lorsqu’il a atteint l’autre rive, le diable fit disparaître le pont, aident ainsi le criminel à échapper aux autorités.

Quelques années plus tard, la mort vient frapper à la porte du vieux criminel, désormais mourant. En s’annonçant la mort, lui dit : “Je suis venu te chercher, âme du diable”. Ce disant désolé, l’homme terrifié demanda de l’aide, il envoya chercher un prêtre pour lui donner les derniers sacrements et rompre ainsi avec le vieux pacte signé avec le diable. Le prêtre monte sur son cheval et se précipite au secours de l’homme repentant. Cependant, lorsqu’il arrive au bord de la rivière, il constate qu’il n’y a pas de passage à l’endroit où le diable aurait autrefois fait un pont.

pont du diable

Pressé de remplir la mission qui lui a été confiée, le prêtre lève les bras en l’air et regardant le ciel sombre, demande l’aide divine et prononce. “Par le Dieu des eaux pures de Rabagão ou par le diable des pierres noires, qu’un pont de pierre apparaisse ici”. Il aperçoit alors la silhouette sombre du diable sur l’autre rive et, sans peur, il demande : “C’est toi, Satan ? N’obtenant aucune réponse, le prêtre s’écrie : “Vade retro ! Puis, prenant l’hysope, il aspergea l’eau bénite qu’il portait vers l’autre rive et vit un pont en arc s’élever sur les énormes rochers des rives, matérialisant la courbe formée par l’eau bénite jetée sur le fleuve.

Devant un tel exploit, le prêtre fait le signe de la croix et prononce les mots de l’exorcisme en écoutant les rugissements bestiaux de Lucifer. Le noir atmosphérique est envahi par une énorme odeur de soufre dans l’air et, à ce moment, le prêtre entend un grand rugissement au fond des eaux du Rabagão. Le prêt cria en direction de l’autre rive: “Toi, diable, cette âme n’est pas la tienne”. Après avoir rendu grâce pour le miracle, il a poursuivi son chemin et a réussi à sauver le mourant repentant.

Depuis lors, le pont de Misarela est connu sous le nom du pont du diable

Rites, remèdes et charmes

Les habitants de la région profitent de l’emplacement de ce qu’on appelait autre fois le pont du Diable pour accomplir leurs rituels, où ils pratiquent des remèdes et récitent des quebrantos. L’un des côtés est appelé la chaire du diable, car il s’agit d’un énorme rocher, où l’on croit que le diable va prêcher à minuit.

C’est un endroit fascinant et, comme toute œuvre dépassant les capacités humaines ordinaires, elle était considérée comme une œuvre du diable. Ainsi, cet ancien pont en arc n’a pas échappé à ce sort. Les falaises qui le flanquent et la chute d’eau dans l’abîme lui confèrent une certaine mystique. Ses pouvoirs magiques, associés aux pratiques ancestrales liées à la fertilité dans la région, ont conduit la population à commencer à lui attribuer un caractère sacré.

L’invasion de Napoleon

Ce pont a été le théâtre d’une bataille sanglante entre les troupes françaises de l’armée de Napoléon et les troupes luso-britanniques lors de la deuxième invasion française.

En mai 1809, l’armée de Soult, installée à Porto est confrontée à la menace imminente d’une attaque des troupes alliées menées par le général Wellesley, Ils décident d’abandonner la ville et de fuire vers vers l’Espagne, emportant quelques animaux et le nécessaire pour survivre. Les routes principales étant coupées afin d’empêcher les troupes françaises de marcher, Soult, opte pour les routes sinueuses de la montagne Cabreira pour atteindre Montalegre.

Le 15 mai, les envahisseurs entrent dans Salamonde et le lendemain, ils sont interceptés au pont de Misarela, où de nombreux soldats français perdent la vie de manière tragique, comme le décrit Carlos de Azeredo dans son livre “Aqui não passaram – O erro fatal de Napoleão” : lorsque le tonnerre de l’artillerie et des fusils se fait entendre à l’arrière, les troupes sont immobilisées, incapables de manœuvrer pour se défendre, et se sentant complètement sans défense, elles tombent dans la panique. Beaucoup d’hommes, encore sur le sentier, cherchaient à avancer à tout prix en poussant leurs camarades de devant, en se renversant les uns sur les autres, dans leur empressement à échapper à une situation terrible, ils jetaient armes et équipements. Les pauvres animaux affamés ou en haillons étaient abattus ou jetés dans les ravins, beaucoup d’hommes sur le pont étaient précipités dans l’abîme par l’écrasement et la confusion.

Cette tragédie à trouver un écho dans une chanson populaire :

  • Pleurez, filles de France,
  • Pleurez pour vos maris,
  • Sur le pont de Misarela
  • étaient plus morts que vivants !

Le sentier du Ponte do Diabo (pont du diable)

Le sentier “Ponte da Misarela, entre Cávado e Rabagão” a été homologué par la Fédération portugaise de camping et d’alpinisme. D’une longueur de 12 kilomètres, il garantit un contact direct avec une flore et une faune uniques, insérées dans le paysage caractéristique du Baixo Barroso. Le sentier commence près du terrain de jeu, traverse le village de Vila Nova, en utilisant l’ancien chemin médiéval. Après avoir traversé le village, il monte au milieu de la pente, offrant des vues panoramiques sur la vallée de la rivière Cávado. La piste continue jusqu’à Viveiro.

Entre champs agricoles, marais et bois de chêne, vous arrivez au village de Ferral. La vue s’étend maintenant sur la rivière Rabagão et le sentier continue jusqu’à l’ancien pavé médiéval qui donne accès au monumental pont Misarela, le mythique pont du diable de l’époque.

soutenez-porto-its-beautiful
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

les-secrets-tomar-ttgrd
Vous pouvez également aimer

Les 25 jours qui ont ébranlé le régime républicain

L’histoire se déroule entre le 19 janvier et le 13 février 1919. L’un de ses épicentres de cette histoire est l’Éden Teatro et il marque la dernière grande manifestation de révolte monarchiste avec usage de la force après l’établissement de la République en 1910.

Pharmacie Estácio: le début et la fin d’un mythe

Nous nous retrouvons aujourd’hui avec un nouvel article qui peut-être, ou non, considérés comme une suite de mon précédent article sur le musée de la pharmacie à Porto.

Musée de la Farmácia de Porto

Le Musée de la Farmácia, à Porto vous fera découvrir, depuis la Mésopotamie jusqu’au Japon, les techniques de soin propre à chaque culture, l’évolution des médicaments

Le 5 octobre, ce jour férié qui célèbre la République

Savez-vous pourquoi le 5 octobre est un jour férié au Portugal ? C’est relativement simple, c’est à partir du 5 octobre 1910 que le Portugal a cessé d’être une monarchie et est devenu une république.